dimanche 5 septembre 2004

L'Histoire de l'Univers ramenée à Un An

De la première seconde de l’Univers… à l’Humanité vers la dernière seconde !

Utilisons un compresseur temporel afin de ramener l’histoire de l’Univers sur une année pour mieux appréhender les échelles de temps.

Le Big – Bang (il y a 15 milliards d’années) débute notre calendrier le 1er janvier à 00h00. Pour vous donner une idée de l’échelle de temps de notre calendrier, un jour représente 41 millions d’années, une heure 1,71 millions d’années… dans cette nouvelle vision temporelle quelque peu inhabituelle, notre Soleil a une espérance de vie de huit mois, mais une étoile deux fois plus massive ne survivrait pas plus d’un mois, tandis que la Terre bouclerait son orbite autour du Soleil en deux millièmes de seconde… (exactement 2,2224 millièmes de seconde).

Reprenons le fil des événements à l’origine des temps que la cosmologie fixe à environ 14,2 milliards d’années. Environ 3 minutes plus tard, a lieu le découplage matière – rayonnement. Les photons sont désormais libres de voyager sans être sans cesse réabsorbés par la matière. Cet épisode est aujourd’hui perçu comme un fond de rayonnement fossile, baignant tout l’Univers à une température de 2,725K.

Les galaxies commencent à se former entre le 24 janvier et le 17 février (sensiblement un milliard d’années après le Big-Bang, on ne sait pas encore précisément quand ni comment…). Suit un long printemps tranquille, ou l’Univers s’organise petit à petit, où des galaxies rentrent en collision, fusionnent, les premières étoiles enrichissent le milieu interstellaire en éléments plus lourds en explosant.

Un événement sympathique se produit vers la fin des beaux jours de l’été : un certain Système Solaire se forme aux alentours du 10 septembre, pour la rentrée des classes, (soit il y a 4,6 milliards d’années). La Terre et les autres planètes entament leur ballet céleste autour du Soleil. Puis, comme sur la troisième planète les conditions sont plutôt favorables, la Vie décide d’éclore sur la Planète qui deviendra Bleue par une belle journée d’octobre, aux alentours du 7 (soit il y environ 3,5 milliards d’années). Des êtres unicellulaires aux organismes de plus en plus complexes, l’évolution va poursuivre son œuvre jusqu’à la fin de l’année.

Du 27 au 30 décembre, les dinosaures règnent en maîtres sur notre planète, mais ils disparaissent mystérieusement, probablement victimes d’un astéroïde. A partir de cette date, si l’on veut bien suivre les événements, la chronologie va s’accélérer, comme si la nature s’empressait de préparer ses bonnes résolutions.

On découvre les traces des vagues ancêtres Australopithèques le 31 décembre… à 20h 30min, en prime time ! Tout cela nous promet un sacré réveillon de la Saint Sylvestre, avec sur le petit écran, des invités célèbres. L’homo, de Habilis (car il apprend très vite à se servir d’outils) devient Errectus à 22h 48min. puis comme décemment il ne peut pas passer le réveillon dans le froid hivernal, il domestique le feu à 23h 43min 30s. Il était temps ! Puis, plus connus sous les noms de M. Néanderthal (23h 56min 30s), puis M. Cro Magnon (23h58min 12s), notre savant ancêtre apprend l’agriculture (23h 59min 36s), et invente l’écriture, à 23h 59min 49,5s).

Arrive l’âge du Fer, à 23h 59min 53,7s, puis le temps pour Astérix et Obélix de mettre quelques baffes aux envahisseurs Romains (23h 59min 55,7s), et pour le brave Christophe Colomb de fouler un nouveau continent, à 23h 59min 59s.

Mais à peine Nicolas Copernic annonce t-il que la Terre tourne autour du Soleil (23h 59min 59,11s) et que s’inaugure notre science moderne, que l’Humanité s’apprête à sortir de son berceau, comme le prophétisa Konstantine Tsiolkovsky à 23h 59min 59,79s, et fait un grand pas grâce à Neil Armstrong, premier homme à poser le pied sur la Lune à 23h 59min 59,932s.

Pour conclure cette revue rapide des événements majeurs de l’histoire de l’Univers, je vous annonce encore la naissance de votre serviteur, vers 23h 59min 59,942s.

Il est intéressant de visualiser l’histoire de l’Univers à cette échelle temporelle, et de voir, en ce début de XXIème siècle, la petitesse de l’espèce humaine et de ses tribulations. 
 
Source : Aquila