dimanche 18 avril 2010

Le fossile de Google Earth

Les paléontologues de l'université de Wits découvrent un hominidé datant de 1,9 million d'années dans le Berceau de l'Humanité, site du patrimoine mondial de l'UNESCO, en Afrique du Sud grâce à Google Earth.

Il pourrait s'agir de l'une des plus importantes découvertes paléontologiques des temps modernes, révélant au moins deux squelettes partiels d'hominidés remarquablement conservés, datant de 1,78 à 1,95 million d'années.

En mars 2008, le professeur Lee Berger de l'université de Witswatersrand à Johannesburg a choisi d’utiliser Google Earth pour cartographier plusieurs grottes et dépôts de fossiles, que lui-même et ses collègues avaient identifiés au cours des décennies précédentes.

Grâce à cette plateforme, il pouvait partager ces informations avec d'autres chercheurs. En outre, il a utilisé les fonctionnalités 3D de Google Earth afin de localiser de nouveaux dépôts de fossiles en apprenant à reconnaître les grottes sur les images satellites.

Au début du projet, la région comptait environ 130 grottes et 20 dépôts de fossiles connus. Dernièrement, grâce à l'imagerie satellite haute résolution de Google Earth, le professeur Berger a découvert près de 500 grottes et dépôts de fossiles nouveaux dans l’une des régions les plus explorées d’Afrique.

C'est dans l'un de ces nouveaux dépôts qu'une remarquable découverte a eu lieu, celle d'une nouvelle espèce, l'Australopithèque sediba.

Cette espèce se tenait debout et partageait de nombreux traits physiques avec la plus ancienne espèce du genre homo connu. Son introduction dans le registre permettra peut-être de répondre à certaines grandes questions concernant nos plus vieux ancêtres en Afrique.

« Il s'agit d'une grande nouvelle pour nous tous chez Google et nous sommes ravis que nos outils de cartographie gratuits tels que Google Earth et Google Maps permettent au public ainsi qu'à de brillants chercheurs d'explorer et de découvrir le monde. Grâce à ces outils, il est possible d'explorer à la fois des lieux étrangers et familiers en un clic de souris, et d'appréhender autrement la géographie, la topologie, l'urbanisme, le développement, l'architecture et l'environnement. Nous poursuivons nos efforts afin d'organiser les informations géographiques du monde. Mais en définitive, ce qui nous inspire le plus, c'est de voir comment ces outils sont utilisés. Nos utilisateurs sont notre principale préoccupation » déclare Michael Jones, Chief Technology Advocate.

Source : ITR News du 09/04/2010