mardi 29 juin 2010

Kadanuumuu, ancêtre de Lucy, marchait sur deux jambes

Il y a 3,6 millions d'années, quatre cent mille ans avant Lucy, un représentant de la même espèce, Australopithecus afarensis, était déjà complètement bipède. C'est ce que révèle un squelette partiel, baptisé Kadanuumuu et découvert en Ethiopie.

En 1974, la découverte de 52 os d'un squelette d'australopithèque, en Ethiopie, démontrait que l'acquisition de la bipédie est très ancienne. Devenue célèbre sous le nom de Lucy, et aujourd'hui considérée comme une cousine de tous les humains, cette petite femelle de 1,10 à 1,20 mètre, qui a vécu il a 3,2 millions d'années, semblait marcher sur ses deux jambes, qu'elle avait courtes.

A l'époque de sa découverte, Lucy était le plus vieil hominidé connu et, du coup, l'exemple le plus ancien de l'apparition de la bipédie dans la famille dont l'espèce humaine fait partie. Depuis, d'autres records sont tombés. En 2009, une série d'articles venaient décrire des fossiles âgés de 4,4 millions d'années, difficilement extraits de la vallée du Rift, également en Ethiopie. Parmi eux, une femelle, baptisée Ardi, assez bien conservée, se révélait capable de se tenir debout et de marcher mais sans doute de manière occasionnelle, plus adaptée qu'elle était à la vie arboricole. Ardi et ses congénères n'étaient d'ailleurs pas des australopithèques mais des ardipithèques (de l'espèce Ardipithecus ramidus), dont le lien de parenté avec Homo sapiens est mal connu.

Un costaud et un bon marcheur

Cette fois, en Ethiopie, encore et toujours, c'est bien un australopithèque (mâle) qui a été exhumé, après un patient travail de 5 ans, entre 2005 et 2010, à une cinquantaine de kilomètres du lieu où avait été trouvée Lucy. Ses découvreurs, Yohannes Haile-Selassiea, du Muséum d'histoire naturelle de Cleveland (Etats-Unis) et son équipe internationale, lui donnent un âge de 3,58 millions d'années. Le squelette, à qui il manque notamment la tête et les pieds, est de grande taille, dépassant largement celle de Lucy. Les auteurs l'estiment autour de 1,60 mètre et ont à cause d'elle baptisé leur fossile Kadanuumuu, signifiant grand homme en langue afar.

Contrairement à la petite Lucy, Kadanuumuu avait les jambes longues. Pour Yohannes Haile-Selassiea, son squelette lève les doutes qui pouvaient subsister sur la bipédie de cette espèce d'australopithèque. La marche sur deux jambes serait donc apparue très tôt dans l'histoire de nos ancêtres et de nos cousins. « Jusqu'ici, tout ce que nous savions de l'Australopithecus afarensis venait de Lucy », explique Yohannes Haile-Selassiea. Selon lui, Kadanuumuu prouve que ces hominidés « marchaient presque aussi bien sur deux jambes que nous ».

Par ailleurs, l'épaule et les côtes de Kadanuumuu diffèrent nettement de celles des grands singes actuels, ce qui confirme l'idée, bien établie par l'étude de Ardi, que les chimpanzés et leurs cousins ont acquis leurs propres adaptations depuis le dernier ancêtre commun avec l'homme. En d'autres termes, nos ancêtres ne ressemblaient pas aux singes actuels.

Source : Futura Sciences du 28/06/2010