lundi 5 juillet 2010

Marseille : la grotte Cosquer bientôt au grand jour

À Cassis, Henri Cosquer propose tout l'été une exposition exceptionnelle de ses clichés. Dans le même temps, la ville de Marseille envisage de construire une réplique de cette cavité

Près de vingt ans après que sa découverte a été rendue publique, la grotte Cosquer revient sous les feux de l'actualité. À Cassis tout d'abord, où son inventeur, Henri Cosquer, propose tout l'été une exposition exceptionnelle de ses clichés réalisés dans la grotte au début des années 90. À Marseille ensuite, où la ville envisage sérieusement de construire une réplique à l'échelle 1 de cette cavité qu'à peine quelques dizaines de personnes dûment autorisées ont eu jusqu'à présent la chance de visiter.

C'est en 1985 qu'Henri Cosquer (à droite) a découvert la grotte qui porte son nom. Mais il ne l'a révélée qu'en 1991.

Initié par Daniel Hermann, adjoint à la Culture, avec le concours du Service régional de l'Archéologie, le projet s'inscrirait dans le cadre de la refonte du musée d'histoire de Marseille, actuellement hébergé dans les sous-sols du Centre Bourse. Rien n'est encore finalisé, mais la perspective de Marseille capitale européenne de la Culture en 2013 aurait quelque peu accéléré le mouvement. L'idée qui tiendrait aujourd'hui la corde serait d'installer le futur musée et la réplique de la grotte Cosquer dans le fort d'Entrecasteaux, naguère occupé par la Légion étrangère et que la ville de Marseille vient d'acquérir.

Toutes les hypothèses seraient envisagées, d'une reproduction à l'identique, type décor de cinéma, jusqu'à une reproduction virtuelle avec projection d'images numériques sur un support solide reproduisant les contours exacts de la cavité. Si ce projet aboutit, on pourra enfin visiter à pied sec une grotte dont l'original restera forcément inaccessible au commun des mortels. D'une part parce que sa situation, au bout du cap Morgiou, en plein coeur du futur Parc national des Calanques, poserait d'insolubles problèmes en termes d'accès et d'accueil du public.

D'autre part parce que depuis Lascaux, on sait que la fréquentation d'une cavité souterraine favorise le développement rapide de champignons, algues et parasites susceptibles de détruire les oeuvres en l'espace de quelques mois. Depuis près de 20 ans, plusieurs autres projets de grotte Cosquer bis ont déjà été évoqués. Au milieu des années 90, la Fondation EdF avait ainsi financé plusieurs campagnes de mesures in situ, dans l'optique de fabriquer un double virtuel de la grotte, en collaboration avec l'Institut d'intelligence artificielle de Marseille.

À la fin des années 90, c'est l'idée d'une vaste cité de la mer et de la plongée qui avait émergé, avec l'ambition d'y construire une reproduction de la grotte Cosquer et d'y exposer la Calypso du commandant Cousteau, le matériel de plongée profonde de la Comex... mais le projet a coulé avant de faire surface. Qu'en sera-t-il de celui-là ? Réponse dans quelques mois.

Source : La Provence du 03/07/2010