samedi 12 février 2011

Le pas souple de Lucy

Comment marchaient les australopithèques, dont la célèbre Lucy ? A peu près comme nous, affirment des paléontologues, grâce à la découverte d’un élément crucial, un petit os du pied.

L'os découvert en Ethiopie, vieux de plus de 3 millions d'années, est le premier métatarse d'australopithèque connu aussi complet.

C’est un petit os qui n’a l’air de rien mais qui donne à Lucy et ses semblables, les australopithèques, un pas similaire au nôtre -à peu de choses près. Un métatarse, un os du pied vieux de 3,2 millions d’années, découvert dans l’Afar éthiopien, démontre en effet que ces homininés qui vivaient en Afrique il y a environ 3 millions d’années avaient un pied cambré.

Une voûte essentielle pour les bipèdes

Ceux qui souffrent de pieds plats comprendront tout de suite l’enjeu de cette conclusion. Les arches sur lesquels repose notre pied, qui lui donnent sa cambrure, sont des caractéristiques essentielles des hommes modernes qui passent tout leur temps sur deux jambes. Cette voûte plantaire absorbe les chocs, fait levier, permet au pied de s’adapter à des terrains variés et irréguliers. Sans elle, pas de courses rapides ou de longues distances parcourues.

C'est le 4ème métatarse d'un australopithèque qui a été découvert.

Revers de la médaille : nous sommes devenus de piètres grimpeurs. Le pied est moins souple et n’a plus le pouce mobile qui permet aux grands singes de s’agripper aux branches avec leurs pieds aussi bien qu’avec leurs mains.

De bons grimpeurs

Les australopithèques (Australopithecus afarensis), qui vivaient il y a -2,9 à -3,7 millions d’années, étaient bipèdes. Plusieurs traits du squelette de Lucy l’attestent, notamment la forme de son bassin. Cependant Lucy a aussi des phalanges plus courbées, une articulation du coude ou du genou plus proche de celle des grands singes, le tout bien adapté à la grimpette. Les os des pieds étant absents du fossile découvert en 1974, il n’était pas possible de conclure sur la démarche réelle de Lucy. Avec un pied plat, l’australopithèque ne serait pas allé bien loin et aurait passé beaucoup de temps dans les arbres.

Après avoir étudié le métatarse mis au jour près d’Hadar, Carol Ward, William Kimbel et Donald Johanson (co-découvreur de Lucy) affirment aujourd’hui dans la revue Science que les australopithèques étaient de bons marcheurs. La forme de l’os -la torsion d’une extrémité par rapport à l’autre- indique que le pied était arqué, donnant au marcheur le ressort typique du bipède accompli, expliquent les chercheurs américains.

Mystérieuses empreintes

Cette découverte pourrait-elle enfin résoudre le mystère des empreintes de Laetoli ? Ces traces de pas découvertes en Tanzanie en 1976, conservées par un dépôt de cendres volcaniques, ont été laissées par un bipède il y a 3,7 millions d’années. L’étude des zones de pression révèlent même qu’il s’agirait d’un pied arqué. Un australopithèque serait-il passé par là ?

Source : Sciences et Avenir du 11/02/2011