lundi 16 mai 2011

Des néandertaliens dans le Grand Nord il y a 28.000 ans

Des outils en pierre de culture moustérienne ont été découverts près des côtes sibériennes.

L'homme de Néandertal aurait vécu dans des conditions climatiques extrêmes, dans le nord de la Sibérie, il y a 26 000 ans. À une époque, donc, beaucoup plus récente que les chercheurs ne le pensaient jusqu'à présent. Nombre d'entre eux estiment en effet que les derniers néandertaliens auraient disparu il y a 35 000 ans, selon de nouvelles datations, en raison de l'infériorité technologique de leurs sociétés et de leur incapacité à s'adapter à des climats extrêmes. Cette théorie se trouve donc sérieusement remise en cause par l'étude pilotée par Ludovic Slimak, de l'université de Toulouse-CNRS, et publiée aujourd'hui dans la revue Science. Des silex taillés caractéristiques de la culture moustérienne du paléolithique moyen, des os de mammouth, de renne, de loup et d'ours portant des traces de débitage ont été trouvés en grand nombre sur le site de Byzovaya, dans le nord de la Russie. «On est pratiquement au niveau du cercle polaire, alors que la répartition connue jusqu'alors des industries du moustérien était située 1000 km plus au sud», précise Slimak. «À cette époque, les températures hivernales devaient avoisiner les - 40 °C.»

Plus de quatre-vingts pièces

Plusieurs laboratoires ont daté plus de 80 pièces selon deux techniques différentes. Leur verdict est identique: ­elles remontent toutes à - 28 000 ans. «Nous sommes sûrs de notre chronologie», assure Ludovic Slimak, indiquant au passage que ce n'est pas souvent le cas pour ce qui concerne les sites moustériens. Il n'exclut pas que ces outils moustériens aient appartenu à Homo sapiens plutôt qu'à des néandertaliens. En Afrique et au Proche-Orient, dans des périodes beaucoup plus reculées, des Sapiens ont pratiqué les mêmes techniques. «Dans les deux cas, de toute façon, cela met un coup d'arrêt aux théories liant l'extinction de Néandertal à son infériorité technologique.»

Source : Le Figaro du 13/05/2011