vendredi 17 juin 2011

Une nouvelle méthodologie affine la chronologie du Néolithique

Combinant radiodatation et méthodes traditionnelles, des archéologues britanniques ont pu préciser le rythme et les phases de l’apparition de la civilisation agricole dans leur pays, à la fin de la préhistoire.

La radiodatation au carbone est fiable, mais imprécise. En croisant les résultats qu’elle donne avec d’autres ‘marqueurs’ chronologiques - des faits documentés autrement – et en ‘moulinant’ le tout via de puissants calculs statistiques, on obtient des chronologies bien plus précises.  C’est en utilisant cette technique, élaborée par le Dr Alex Bayliss, experte anglaise en datation du patrimoine, que les archéologues ont pu retracer le  déploiement, dans les îles britanniques, de la vie agricole et des changements sociaux qui en découlent, durant le Néolithique (4.000 à  2.000 av J.-C.).

Les pratiques agraires néolithiques ont commencé dans le sud-est de l'Angleterre vers 4.000 avant notre ère, se propageant d’abord très lentement : 200 ans environ pour parvenir à l'ouest. Puis, on observe une intense accélération : 50 ans pour s’étendre à presque tout le pays. Vers 3.800 av. J.-C., apparaît un style de poterie caractéristique, ainsi qu’un réseau d’échanges sur de longues distances. La généralisation des premières enceintes circulaires ne s’est pas faite en cinq siècles, comme le pensaient jusqu’à présent les archéologues, mais en 75 ans environ !

"Avec cette datation plus précise, l’époque néolithique n'est plus cette période somnolente (…). Cette recherche remet fondamentalement en cause l'idée que peu de choses se sont passées chez nos agriculteurs de l’âge de pierre. Nous pouvons maintenant penser à la période néolithique en termes de changements plus rapides, de mouvement constant de personnes et de diffusion rapide des idées", conclut le Pr Alistair Whittle, de l'Université de Cardiff.

Source : MaxiSciences du 13/06/2011