lundi 1 août 2011

L’ancêtre des oiseaux perd son rang

La découverte, en chine, d’un fossile de dinosaure très voisin de l’Archaeopteryx, pourrait démettre ce dernier de son statut d’ancêtre des oiseaux. L’Archaeopteryx est considéré ainsi par lamjorité des paléontologues depuis la découverte du premier spécimen en 1861, quelques mois à peine après la parution de l’ouvrage de Charles Darwin L'Origine des espèces. Le fossile possédant des caractéristiques d’oiseaux (plumes, bréchet, pattes à 3 doigts) et de dinosaures il a été classé à la base des Avialae, groupe qui donnera nos oiseaux actuels.

Au fil du temps, la position d’Archaeopteryx s’est quelque peu affaiblie avec la découverte de plusieurs dinosaures à plumes possédant également d’autres caractéristiques aviaires. Mais le coup de grâce vient peut-être d’être asséné par le Pr Xing Xu, de l'Académie des Sciences chinoise, qui présente dans la revue Nature, la description d’un petit dinosaure de 800g, baptisé Xiaotingia zhengi, doté de plumes, de griffes acérées, de moins de 10 dents et d’un petit bec comme Archaeopteryx.
L’animal, est rattaché à un groupe parallèle aux Avialae, les Deinonychosauria. Les paléontologues ont alors construit un arbre phylogénétique, en comparant les caractéristiques anatomiques de l'archéoptéryx, de Xiaotingia, d’autres avialae  et de deinonychosaures.

Fossile de Xiaotingia zhengi. Xu et al. Nature
Ils ont noté que les crânes d'Archaeopteryx et de Xiaotingia étaient beaucoup plus semblables à ceux des Deinonychosauria qu’à ceux des autres Avialae. Sur cette base et en comparant avec les autres traits, tels que la structure du bassin, les orteils et les jambes, ils ont conclu que l'archéoptéryx était un deinonychosaure, plus proche des dinosaures que des oiseaux.

Cette analyse phylogénétique, qui est la première à retirer l'Archaeopteryx des Avialae, est de l’aveu même des auteurs provisoire. Elle suscite déjà, quelques heures après sa parution, de nombreuses réactions pas toutes enthousiastes. Mais si elle peut être confirmée par une enquête plus poussée, les hypothèses actuelles sur les origines des oiseaux modernes devront être réévaluées.

Source : Sciences et Avenir du 28/07/2011