lundi 19 septembre 2011

Notre ancêtre l'Australophithecus sediba

Un australopithèque serait à l'origine du genre Homo, montrent les résultats de cinq études publiés par 80 chercheurs dans la dernière édition du magazine Science.

Les travaux montrent en effet que des fossiles découverts en 2008 dans une grotte de Malapa, située à une cinquantaine de kilomètres au nord-ouest de Johannesburg, en Afrique du Sud, présentent des caractéristiques similaires à celles des hommes modernes.

L'analyse des restes d'un jeune mâle et d'une jeune femelle révèle des détails inconnus à ce jour du cerveau, du pelvis, de la main et du pied de l'Australophithecus sediba, un hominine primitif qui a été contemporain des premières espèces du genre Homo sur Terre.

Selon ces travaux et l'état des connaissances actuelles, l'Australophithecus sediba serait même le meilleur candidat parmi les ancêtres possibles du genre Homo.

L'examen du lieu de la découverte et des os a permis de dater l'origine des spécimens à 1,977 million d'années, soit aux alentours de l'émergence du genre Homo.

Des théories à revoir

Ces nouvelles connaissances pourraient porter un dur coup à certaines théories sur l'évolution humaine, dont notamment l'idée qu'à l'origine le pelvis humain s'est modifié en réponse à une taille accrue du cerveau.

Ces australopithèques avaient un très long pouce et des doigts puissants qu'ils auraient pu utiliser pour fabriquer des outils, malgré le fait que leur cerveau était de la taille de celui d'un grand singe.

Il y a ce long pouce, et de manière surprenante ce pouce est encore plus long que celui que nous voyons chez l'homme moderne.
— Tracy Kivell, Institut Max Planck

Le saviez-vous?
Les anthropologues pensaient, d'après une série d'os de la main retrouvés en Tanzanie et datant de 1,75 million d'années, que le premier hominidé à avoir su fabriquer des outils était l'Homo habilis.


Selon une équipe de l'Université du Witwatersrand à Johannesburg, en Afrique du Sud, cette période précède les premières apparitions de traits spécifiques au genre Homo.

À ce jour, des fossiles datés de 1,90 million d'années étaient attribués à l'Homo habilis ou l'Homo rudolfensis et étaient considérés comme ancestraux à l'Homo erectus, l'ancêtre humain le plus ancien non contesté.

L'âge plus élevé des fossiles de l'Australophithecus sediba soulève maintenant la possibilité d'une lignée distincte et plus ancienne qui serait à l'origine de l'Homo erectus, estiment les chercheurs.

Un cerveau bien à lui

Les chercheurs se sont aussi penchés sur le cerveau (petit, mais évolué) et le bassin (qui témoigne d'une position debout) de ces spécimens pour constater qu'ils combinent les caractéristiques des grands singes et celles de l'homme en un seul ensemble anatomique.

Les ossements fossilisés de deux hominines comprennent :
•la main la plus complète jamais retrouvée;
•l'un des pelvis les plus complets jamais découverts;
•des parties entièrement inconnues du pied et de la cheville.

Petite histoire d'une grande découverte
C'est le professeur américain Lee Berger et son fils de 9 ans qui ont découvert le site de Malapa en 2008. Depuis, plus de 220 ossements provenant d'au moins cinq individus, dont des bébés et des jeunes enfants, ont été découverts.


Source : Radio Canada du 08/09/2011