mardi 29 novembre 2011

La disparition du "sac vocal" : la clé de l’apparition du langage

Publiant ses travaux cette semaine dans le New Scientist, un chercheur hollandais a montré expérimentalement que, chez l’homme, la disparition du sac vocal, un organe caractéristique des singes, a permis l’émergence du langage articulé.

Les tissus corporels mous ne se fossilisant pas, il est difficile de retracer l’évolution de l’appareil vocal de l’homme et son effet sur l’apparition du langage articulé. Chez les singes (y compris les grands singes), l'os hyoïde est rattaché à une grande poche de résonance appelée sac vocal, absent chez l’humain.

Pour savoir comment ce sac change les sons produits, le Dr de Boer, de l'Université d'Amsterdam, a créé des modèles en plastique de l’appareil phonatoire (bouche, langue, gorge…), pourvus ou non d’un sac vocal, puis fait passer de l’air dedans de diverses façons, et testé les voyelles ainsi produites auprès de volontaires.

Résultats : les sons émis à partir de dispositifs sans sac vocal, donc les plus proches du modèle humain actuel, se sont révélés les plus clairs, les plus audibles. En revanche, avec un sac vocal, toutes les voyelles semblaient sonner un peu comme un "u". Un son auquel auraient pu s'ajouter le son "b" ou "d", donnant comme possibilité de premiers mots "buh" ou "duh", d'après Bart de Boer, expert dans l'évolution du langage. Pour Ann MacLarnon, de l'Université de Roehampton, à Londres, ceci appuie la théorie selon laquelle la nécessité de fournir des sons complexes, pour mieux communiquer, a conduit à la diminution et à la disparition de ces sacs aériens.

Pas de sac vocal chez Néandertal et Homo sapiens

Nos ancêtres d'il y a 3,3 millions d’années avaient un os hyoïde (observable sur les fossiles, lui) semblable à celui des grands singes actuels, suggérant la présence de sacs vocaux, tout comme, probablement, chez l’Homo erectus d'il y a un million d'années. Mais ni Néandertal ni Homo sapiens n’en possèdent : le premier, peut-être, et le second, à coup sûr, en ont tiré un énorme avantage.

Source : MaxiSciences du 27/11/2011