vendredi 9 mars 2012

L'ADN du gorille nous rapproche de ce lointain cousin

Le génome du gorille est maintenant séquencé: il est plus proche des hommes qu’on ne le pensait. Son étude va permettre de mieux comprendre l’évolution des hominidés.

Le dernier grand singe décrypté

Avec les chimpanzés, les bonobos et dans une moindre mesure les orangs outans, les gorilles constituent les plus proches parents de l’homme. Ce statut leur confère une importance particulière pour étudier et comprendre les mécanismes de l’évolution humaine. Dans la revue Nature, une équipe internationale présente le compte-rendu du séquençage du génome d’une gorille des plaines de l’Ouest Gorilla gorilla gorilla, prénommée Kamilah.

Les généticiens ont aussi analysé des séquences génétiques moins étendues d’autres gorilles des plaines de l’Ouest et de l’Est et également effectué une analyse comparative du génome des gorilles avec celui des autres grands singes, dont les humains et les chimpanzés. « Le génome des gorilles est important car il nous éclaire sur l'époque où nos ancêtres ont divergé. Il nous permet aussi de découvrir les similitudes et les différences entre nos gènes et ceux du gorille, le plus grand des primates », explique Aylwyn Scally, un des auteurs de l’étude.

Une évolution accélérée de l’audition

Les résultats indiquent que nous partageons plus de traits génétiques communs qu’attendu avec ces représentants géants de la famille des hominoïdes (qui regroupe les primates et les hominidés). Sur les quelques 11.000 gènes analysés, 15 % sont plus proches de ceux des gorilles que des chimpanzés. Et 15 % du génome du chimpanzé est aussi plus proche de celui du gorille que de celui de l'homme.

Dans les trois espèces, les gènes liés à la perception sensorielle et notamment auditive ont montré une évolution accélérée, plus particulièrement chez les humains et les gorilles. « Nos résultats les plus significatifs révèlent des différences non seulement entre les espèces reflétant des millions d'années de divergence évolutive, mais aussi des similitudes indiquant des changements parallèles au fil du temps » explique Chris Tyler-Smith, auteur principal de l'article. « Les scientifiques avaient suggéré que l'évolution rapide des gènes de l’audition chez l'homme était liée à l’apparition du langage. Nos résultats remettent en doute ce point, ils ont évolué chez les gorilles à un taux semblable à celui des humains. »

Divergence entre espèces

Cette recherche éclaire également le calendrier des scissions entre les espèces. La divergence entre les ancêtres des gorilles et ceux des chimpanzés et des humains a eu lieu il y a environ 10 millions d’années. Humains et chimpanzés ont adopté une voie évolutive différente il y a six millions d’années.

La scission entre gorille de l'Est et de l'Ouest est beaucoup plus récente et a été graduelle. Elle est comparable, à certains égards, à la scission entre les chimpanzés et les bonobos ou les humains modernes et les Néandertaliens. Les gorilles ont survécu jusqu'à aujourd'hui à travers quelques populations isolées et menacées dans les forêts équatoriales d’Afrique centrale. Ils sont gravement menacés et leur nombre diminue. Cette recherche, non seulement nous informe sur l'évolution humaine, mais souligne l'importance de protéger et de conserver toute la diversité de ces espèces remarquables.

Source : Sciences et Avenir du 08/03/2012