jeudi 13 septembre 2012

La récupération de l'ADN d’un enfant de Neandertal au sud de la Sibérie

Il s’agit d’une précieuse découverte que viennent de faire des archéologues Russes. Ces derniers avaient découvert en 2008 dans une grotte de Denisova, située dans les montagnes de l'Altaï, les fossiles de deux molaires et une phalange de doigt. Après plusieurs années de recherches et d’analyses, ils ont pu déterminer, grâce à l’ADN relevé, le sexe, les descriptions et l’appartenance de ces fossiles...

Publicités
Les restes fossilisés et bien conservés, grâce aux conditions idéales qu’offrait l’intérieur de la grotte, concernent une fillette d'environ 7 ans qui est estimée avoir vécu il y a plus de 50.000 ans de cela. Après analyse de l’ADN, il a été enregistré que la jeune fille avait une peau foncée et des cheveux et yeux bruns. Ces résultats sont les principaux traits dégagés par les analyses génétiques effectuées sur les fossiles.

En 2010, il avait été annoncé que cette dénisovienne appartenait à une branche nouvelle d'hominidés, entre l’Homo sapiens (homme moderne) et l'homme de Neandertal. Elle avait tout d’abord était baptisée « homme de l'Altaï » avant d’opter pour la nomination de « homme de Denisova » en référence à la grotte de la trouvaille.

La nouvelle méthode de séquençage, adoptée par Svante Pääbo et son équipe de l'institut Max Planck, a permis la récupération de 30 fois la quantité d'ADN du noyau cellulaire des restes fossilisés et 99 % de la séquence génétique a été décryptée. La comparaison avec le génome du néandertalien et de l'homme moderne a servi à la de terminaison de l’origine.

Source : Belge Info du 03/09/2012