vendredi 19 octobre 2012

Préhistoire : Chauvet concurrence Lascaux

Il y avait de la concurrence vendredi dans le petit monde de la préhistoire et dans celui, plus vaste, de l'équipement culturel et touristique. Le même jour, était inauguré à Bordeaux l'exposition itinérante Lascaux 3 (nos précédentes éditions) et en Ardèche, étaient symboliquement lancés les travaux de l'espace de restitution de la grotte Chauvet.

Chacun avait choisi son camp. À Bordeaux, aux côtés d'une très grosse délégation périgordine conduite par le président du Conseil général Bernard Cazeau et trois parlementaires, Alain Rousset, le président de Région et Michel Delpuech, le préfet, coupaient le ruban. Le préhistorien Yves Coppens apportait sa caution à cette opération.


À Vallon Pont d'Arc en Ardèche, la ministre de la Culture Aurélie Filippetti avait fait le déplacement. Aux côtés des élus de la région, avec les préhistoriens Jean Clottes et Jean-Michel Geneste, elle a appliqué sa main imprégnée d'ocre sur une reproduction de paroi.

La ministre à Chauvet

Difficile de croire à la pure coïncidence de l'organisation de ces deux événements le même jour. L'exposition Cap Sciences à Bordeaux était programmée de longue date, mais l'événement ardéchois tombait aussi pour le lancement de la fête de la science ce week-end. C'était en tout cas une bonne raison pour la ministre de la Culture de ne pas venir se confronter aux élus du sud-ouest, encore furieux de s'être faits supprimer la participation de plus de 16 millions d'euros promise par l'État pour la réalisation de Lascaux 4 à Montignac. Ils n'ont plus désormais qu'une vague promesse d'obtenir 4 millions à partir de 2014.

Dans les deux régions, le challenge est d'attirer de nouveaux visiteurs à partir de ces réalisations (voir détails ci-contre). On saura cette semaine quelle équipe est retenue pour Lascaux 4. Quant au projet ardéchois, il aura des retombées en Périgord : la société gestionnaire choisie est celle de Kléber Roussillon (Castelnaud, Marqueyssac). Le groupe Vinci, qui assure la construction, va y associer sa filiale patrimoine Socra, basée à Marsac. Et il y a de fortes chances que les ateliers de fac-similé de Montignac, dont le savoir-faire est unique, fabriquent en sous-traitance une partie des œuvres de Chauvet. Le monde de la préhistoire est petit.

Source : Sud-Ouest du 14/10/2012