samedi 6 septembre 2014

Des gravures abstraites réalisées par Néandertal ?

Des motifs géométriques abstraits découverts dans une grotte de Gibraltar, attribués à l'Homme de Néandertal, pourraient indiquer que ce dernier était capable de produire des représentations abstraites.

Des stries horizontales et verticales, gravées dans la roche.Telle est la découverte réalisée dans la grotte néandertalienne de Gorham (Gibraltar), par une équipe internationale de préhistoriens.

Selon les auteurs de la découverte, ces gravures - clairement non figuratives - auraient été réalisées par notre cousin Néandertal, il y a 39 000 ans au moins.

Cette découverte suggère-t-elle que l'homme de Néandertal était lui aussi capable de produire des représentations abstraites ? C'est en tout cas ce qu'affirment ces paléoanthropologues, dans un article publié le 2 septembre 2014 dans les Comptes rendus de l’académie américaine des sciences (PNAS), sous le titre "A rock engraving made by Neanderthals in Gibraltar".

Au terme d'une étude approfondie de ces gravures, qui a notamment consisté à les modéliser en 3D sur la base de photos, les auteurs de l'étude sont parvenus à la conclusion que ces motifs n'étaient pas le produit involontaire d'activités utilitaires, telles que la découpe de viande par exemple.

Ces stries gravées dans la roche témoignent-elles pour autant véritablement d'une intention artistique, ou bien ne pourraient-elles pas avoir été réalisées à d'autres fins, comme par exemple servir de système de comptage ? Si, sur ce point, il est évidemment impossible de se prononcer, on sait toutefois qu'au cours du Paléolithique, l'homme moderne gravait des traits sur des os pour effectuer des tâches de comptage (peut-être pour compter la quantité de gibier tué).

En attendant, si les intentions véritables de l'auteur de ces stries demeurent encore bien floues, les auteurs de l'étude sont parvenus à définir avec une certaine précision les circonstances au cours desquelles ces stries ont été gravées. Il apparaît ainsi que les auteurs de ces motifs géométriques ont utilisé une ou plusieurs pointes de silex, qu'ils auraient fait passer sur la roche de 188 à 317 fois.

Selon les auteurs de l'étude, cette découverte confirme encore un peu plus que les capacités cognitives de Néandertal étaient probablement très proches de celles de l'homme moderne. Une proximité qui n'est bien évidemment pas nouvelle, puisque de nombreuses autres découvertes effectuées au cours de ces dernières années avaient déjà démontré son existence (lire par exemple "L’Homme de Neandertal était très ordonné" ou "L’homme de Neandertal enterrait bel et bien ses morts").

Source : Le Journal de la Science du 04/09/2014