mercredi 4 février 2015

Les humains et Néandertal ont vécu ensemble en Israël il y a 55 000 ans

Notre connaissance de la préhistoire progresse à pas de géant ces dernières années, et plus particulièrement celle du sujet passionnant qu'est la rencontre entre nos ancêtres en ligne directe, les humains modernes qui sont partis d'Afrique, et l'Homme de Néandertal, ce cousin implanté en Europe avec lequel ils se sont partiellement mélangés. A chaque nouveau morceau d'os découvert, nous avons une nouvelle pièce du puzzle. En octobre, on apprenait grâce à un morceau de fémur qu'un Sibérien vivant il y a 45000 ans avait déjà des gènes de Néandertal.

La rencontre, parfois intime, entre les humains de l'époque et Néandertal, n'était cependant pas encore datée, ni située... jusqu'à la découverte d'un morceau de crâne dans la grotte de Manot, à l'ouest de la Galilée, en Israël. Le crâne en question aurait dans les 55 000 ans, comme le rapportent les travaux d'une équipe internationale qui viennent d'être publiés dans le journal Nature.

Il s'agirait bien d'un crâne d'humain moderne, et très probablement celui de l'un des ancêtres des hommes qui sont allés peupler l'Europe au paléolithique. Et aussi de l'un de ceux qui ont coexisté avec les populations néandertaliennes, la grotte de Manot étant proche de deux sites occupés par l'Homme de Néandertal à la même époque, ce qui ferait de cette zone "le seul endroit où les humains anatomiquement modernes et les Néandertaliens ont vécu côte à côte pendant des milliers et des milliers d'années", déclare Israel Hershkovitz, anthropologue à l'université de Tel-Aviv et co-auteur de l'article.

"C'est la première preuve qui montre qu'il y avait une large vague de migrants venant de l'est de l'Afrique, qui ont traversé les déserts du Sahara et de Nubie et ont été peupler l'est du bassin méditerranéen il y a 55 000 ans", précise le professeur Hershkovitz à la BBC. "Il s'agit bien d'un crâne clé pour comprendre l'évolution de l'humain moderne".

On ne pourra malheureusement pas savoir si l'humain à qui appartenait ce crâne avait ou non des gènes de Néandertal, les chercheurs précisant que son ADN n'avait probablement pas été préservé.

"Ce spécimen est vraiment important et excitant, car si la datation est correcte, il montre pour la première fois que les humains modernes ont vécu au Moyen-Orient en même temps que les Néandertals", affirme Katerina Harvati, paléoanthropologue à l'université de Tübingen (Allemagne). "Jusqu'ici, nous n'avions pas de preuves que les deux avaient même coexisté dans cette région à cette époque, c'est donc une pièce essentielle du puzzle".

Les chercheurs espèrent que cette pièce ne soit pas unique, et qu'ils puissent trouver d'autres fragments d'os, peut-être même avec de l'ADN à analyser. Mais en attendant, cette découverte reste un jalon important pour mieux comprendre le long voyage de migration des humains modernes à partir de l'Afrique, et de leurs interactions avec l'Homme de Néandertal. Une cohabitation qui ne se serait donc pas seulement produite en Europe, mais aurait peut-être débuté au Moyen-Orient, où deux espèces différentes auraient vécu ensemble... et se seraient même génétiquement croisées.

Source : Espace Temps du 29/01/2015