samedi 11 avril 2015

"Petit pied", un cousin sud-africain pour Lucy

L’Afrique de l’est n'est pas la seule à avoir été peuplée il y a plus de 3,5 millions d’années. Une nouvelle étude sur l'australopithèque "Little Foot" met en avant l'Afrique du Sud comme terrain de jeu des hominidés.

Il a 3,67 millions d’années déjà, un hominidé au "petit pied" (alias "Little foot", son surnom en anglais) arpentait les grottes de Sterkfontain, en Afrique du Sud et s’y cassait le nez… Une nouvelle datation, parue dans la revue Nature, est venue confirmer le grand âge de cet australopithèque qui divise la communauté scientifique depuis 1997. Il confirme que cette région de l’Afrique était également peuplée au moment où Lucy et les siens crapahutaient à l’est du rift africain (voir carte).

Pour son malheur- et pour le plus grand bonheur des chercheurs- le petit australopithèque est tombé dans une crevasse de 20m à 30m avant d’être enseveli sous un éboulement du plafond rocheux. Treize longues et patientes années ont été nécessaires à l’équipe du paléontologue Ron Clarke de l’université de Witwatersrand pour dégager « Little Foot » de sa gangue rocheuse, des millions d’années après sa dégringolade mortelle.

Berceau de l’humanité. Le site de Sterkfontein, situé dans la province du Gauteng au nord-ouest de Johannesbourg, a été inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco en 2000 sous le nom de « Berceau de l’Humanité » aux côtés des sites archéologiques voisins de Swartkrans, Kromdraai et Wonder Cave. Il a livré plus de 500 restes d’hominidés fossiles dont un autre australopithèque célèbre et plus jeune Australopithecus africanus, vieux d’au moins 2,5 millions d’années.


CALCIFICATION. La calcification totale du squelette dans les sédiments n’a pas facilité la tâche mais le jeu en valait la chandelle. Car avec ses jolis doigts de pieds et orteils (qui lui ont valu son surnom), il "serait l’un des squelettes les plus complets découvert à ce jour" selon ses découvreurs. A titre de comparaison le fossile de Lucy n’est reconstitué qu’à 40%. Notons que la description totale de Petit Pied, attribué pour le moment à l’espèce Australopithecus prometheus n’a pas encore été publiée...

En revanche, depuis sa découverte, les spécialistes discutaient de l’ancienneté exacte du fossile. Les âges de 3,3 millions d’années voire 4 millions d’années ont été avancés par des chercheurs sud-africains puis américains. En 2006, une datation uranium/plomb des coulées stalagmitiques de calcite entourant le squelette le rajeunissent brutalement: petit pied n'aurait que 2,2 millions d’années seulement ! Le paléontologue Ron Clarke n'est pas convaincu: –« Les coulées stalagmitiques pourraient être bien plus récentes que le squelette » imaginait il alors. La démonstration sera faite en 2014 seulement : Laurent Bruxelles un chercheur de l’Inrap, (laboratoire Traces, UMR CNRS-université Toulouse-Jean Jaurès) et l’équipe sud-africaine ont prouvé que les coulées stalagmitiques de 2,2 millions d’années s’étaient formées dans des vides sous le fossile et sont donc plus récentes que celui-ci. Aujourd’hui, les spécialistes précisent dans Nature et grâce à un affinement des méthodes de datation, dite cosmogéniques- l’âge précis de Little Foot : soit 3,67 millions d’années !

La datation d'exposition par isotopes cosmogéniques est une méthode de datation géochimique qui utilise la production par les rayons cosmiques d'isotopes rares, de l'hydrogène et son produit l'hélium , du béryllium , du carbone, du néon (21Ne), de l'aluminium , et du chlore, puis leur accumulation dans le réseau cristallin des minéraux pour déterminer un âge d'exposition.

Cela n’en fait pas le plus ancien hominidé fossile, ni même le plus vieux des autralopithèques pour autant comme on a pu l’écrire ici et là. Lucy a bien été datée de 3,2 millions d’années seulement, mais son espèce, celle des Australopithecus afarensis est réputée avoir vécu entre 4,2 et 3 millions d’années. Ensuite, à la même époque que « petit Pied » deux autres espèces au moins arpentaient l’actuel Kenya : l’Australopithecus anamensis , supposé être un bipède évolué, et le Kenyanthrope à l’étrange face aplatie. A y regarder de plus près (voir notre carte), c’est bien l’Afrique de l’est qui reste aujourd'hui la région du monde où on a trouvé le plus d’ancêtres fossiles des hominidés. Sans compter que c’est en Ethiopie , toujours, qu’on a exhumé, le mois dernier le plus ancien reste du genre Homo, une mâchoire vieille de 2,8 millions d’années. Bref, malgré sa grande ancienneté, et n'en déplaise à l'Unesco, Petit pied ne suffit pas à faire de l'Afrique du sud, le berceau de l'humanité.

Source : Sciences et Avenir du 09/04/2015