samedi 4 avril 2015

Toulouse: L'australopithèque «Little Foot» secoue l'arbre généalogique de l'Humanité

SCIENCE Des scientifiques toulousains ont permis de donner un âge à l'un des plus vieux australopithèques, découvert en Afrique du Sud...

Lucy l'Ethiopienne peut aller se rhabiller. Avec ses 3,2 millions d'années, cet australopithèque fait figure de jeune fille. Little Foot, découvert il y a près de vingt ans en Afrique du Sud, serait lui âgé de 3,67 millions d'années, à 160.000 ans près.

C'est la découverte réalisée par des chercheurs toulousains de l'Institut de recherches archéologiques préventives (Inrap) et des Universités Paul-Sabatier et Jean-Jaurès.

Lucy l'Ethiopienne peut aller se rhabiller. Avec ses 3,2 millions d'années, cet australopithèque fait figure de jeune fille. Little Foot, découvert il y a près de vingt ans en Afrique du Sud, serait lui âgé de 3,67 millions d'années, à 160.000 ans près.

C'est la découverte réalisée par des chercheurs toulousains de l'Institut de recherches archéologiques préventives (Inrap) et des Universités Paul-Sabatier et Jean-Jaurès.

Plus vieux que notre ancêtre Homo Habilis

Jusqu'à présent, le CV de ce petit homme singe affichait 2,2 millions d'années. Il vient donc de prendre un sérieux coup de vieux et cela permet de remettre l'Afrique du Sud dans la course de l'évolution humaine.

«Little Foot arrive largement avant Homo Habilis, notre ancêtre direct, apparu il y a environ 2,5 millions d'années. Rien ne s'oppose à ce que cet australopithèque sud-africain soit à l'origine de l'humanité», explique Laurent Bruxelles, chercheur du laboratoire Travaux et recherches archéologiques sur les cultures, les espaces et les sociétés (TRACES) de l'Université Jean-Jaurès et du CNRS.

Dans les résultats de l'étude publiée ce jeudi dans le magazine Nature, il démontre que la première datation de Little Foot, qui se basait sur la calcite qui l'entourait, n'était pas la bonne. Son découvreur Ronald Clarke ne s'en est d'ailleurs jamais satisfait.

Plus de quinze ans pour lui trouver le bon âge

C'est lui qui en 1997 a trouvé Little Foot dans une grotte du site de Sterkfontein, au nord-ouest de Johannesbourg, gisant à 25 m de profondeur. Trois ans plus tôt, alors qu'il classait des boîtes, il avait trouvé un pied d'adulte australopithèque, de petite taille, d'où le nom attribué à l'individu.

Après une bataille d'experts pour trouver son âge, Ronald Clarke, a donc demandé en 2006 aux scientifiques toulousains d'intervenir pour faire le tri entre l'âge des différentes strates qui entourent le fossile.

«Il existe peut-être encore des centaines de Little Foot»

Laurent Bruxelles, géomorphologue, va éclaircir l'horizon: les dépôts calcaires datent bien de 2,2 millions d'années, mais ils sont arrivés là après Little Foot. Grâce à de nouvelles datations cosmogéniques effectuées sur onze échantillons, la nouvelle tombe: il est l'un des plus vieux australopithèques de l'Humanité, en concurrence avec quelques congénères d'Afrique de l'Est.

«Il existe peut-être encore des centaines de Little Foot qu'il faut chercher dans leur piège géologique, reprend le géomorphologue. Nous avons d'ailleurs un projet de creuser une tranchée juste à côté de l'endroit où il a été découvert. En décembre, nous partons pour une mission de quatre ans en Namibie où nous allons aussi fouiller une série de grottes.»

Source : 20 minutes du 02/04/2015