jeudi 11 mai 2017

Homo sapiens et Homo Naledi auraient cohabité en Afrique il y a 300 000 ans

Lignée humaine. Des hominidés primitifs, de l'espèce Homo naledi, ont peut-être cohabité en Afrique avec les premiers Homo sapiens, ont avancé mardi pour la première fois des scientifiques, un scénario qui complique encore un peu plus l'arbre généalogique de l'espèce humaine. Selon leurs travaux, la datation de fossiles exhumés en 2013 d'une grotte du site de Maropeng, près de Johannesburg, suggère que ces cousins très éloignés y ont vécu il y a 200 000 à 300 000 ans, en même temps que les premiers hommes modernes. Ces ancêtres sont une nouvelle espèce dont la découverte a fait couler beaucoup d'encre.

En 2015, le très controversé paléontologue américain Lee Berger avait fait la une des médias en annonçant avoir mis au jour à Maropeng une très riche collection de 1 500 ossements appartenant à une quinzaine d'hominidés d'un type inédit. Leur examen a révélé le portrait d'un humanoïde étonnant, doté à la fois des caractéristiques d'espèces vieilles de plusieurs millions d'années, comme un tout petit cerveau, et d'autres bien plus récentes, telles que des pieds de marcheur contemporain et des mains capables de tenir des outils. Lee Berger avait aussitôt rangé sa trouvaille dans le genre Homo, celui de l'homme moderne. Mais faute d'avoir pu dater ses fossiles, il s'était attiré les foudres de nombreux collègues qui leur avaient dénié toute nouveauté. Mardi, le professeur de l'université du Witwatersrand et son équipe ont dévoilé l'âge de ces ossements. Des cas de cohabitation entre espèces ont déjà été identifiés. En Europe par exemple, l'homme de Neandertal a croisé la route des Homo sapiens que nous sommes avant de s'éteindre il y a 30 000 ans. Mais ce scénario n'avait jamais été avancé pour l'Afrique.

Source : Libération du 09/05/2017